Apporter un soutien monétaire aux plus démunis

Extension et revalorisation de la prime d’activité

La prime d’activité vise à inciter les travailleurs, salariés ou indépendants, aux ressources modestes, à exercer ou à reprendre une activité professionnelle et à soutenir leur pouvoir d’achat.

De quoi s’agit-il ?

Prestation mensuelle destinée à compléter les revenus professionnels des travailleurs modestes pour soutenir leur pouvoir d’achat et favoriser leur retour ou leur maintien dans l’emploi, la prime d’activité concerne les salariés, les travailleurs indépendants et les fonctionnaires. Il faut être âgé d’au moins 18 ans pour la percevoir.

Elle est versée de manière globale au foyer, en fonction de sa composition et de ses ressources.

On en est-on ?

La prime d’activité a été revalorisée le 1er janvier 2019 et le nombre de ses bénéficiaires a été augmenté, le SMIC a lui aussi été revalorisé. Ces augmentations ont permis d’accroître le montant de la prime d’activité à 100 € par mois au niveau du SMIC.

De plus, le relèvement du plafond de ressources a permis à 1,3 million de personnes supplémentaires de bénéficier de la prime d’activité en 2019.

Ces deux décisions ont permis de diminuer de 0,2 point le taux de pauvreté en 2019. Désormais, le nombre de bénéficiaires de la prime d’activité est revenu à son niveau d’avant mars 2020 et la reprise économique tend à faire baisser les ouvertures de droits.

Des prestations sociales régulièrement revalorisées

Au cours de ces dernières années, de nombreuses prestations sociales ont été augmentées.

  • Le montant de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) a été revalorisé au 1er janvier 2021 à 906,81 € pour une personne seule et 1 407,82 € pour deux personnes. Il s’agit d’une prestation mensuelle accordée aux retraités vivant en France ayant de faibles ressources.
  • Le montant de l’Allocation aux adultes handicapés (Aah) a également été revalorisé au 1er janvier 2021. Désormais, il s’établit à 906,81 €, soit 80 % du seuil de pauvreté contre 66 % en 2008. Il s’agit d’une aide financière, attribuée sur décision de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), selon certains critères d’incapacité tels que l’âge, les ressources ou encore le lieu de résidence. Elle permet aux bénéficiaires d’avoir un minimum de ressources et vient compléter d’éventuelles autres ressources.

Pour les allocations dues à compter du 1er janvier 2022, un abattement fixe de 5 000 € permettra à 120 000 personnes de bénéficier d’une hausse moyenne de 110 € nets par mois, pouvant aller jusqu’à 186 € et les personnes dont le conjoint touche le Smic bénéficieront désormais d’une allocation à taux plein.

Le chèque énergie, qui bénéficie à 5,5 millions de ménages, a été revalorisé de 50 € en 2019. En complément, une aide exceptionnelle de 100 € leur sera versée en décembre 2021.

Des aides exceptionnelles pour parer à l’urgence pendant la crise sanitaire

En raison du contexte de crise sanitaire qui a aggravé les inégalités et la précarité d’un certain nombre de foyers en France, des aides exceptionnelles ont été versées en complément de la prise en charge de l’activité partielle qui a permis de prévenir le basculement de millions de salariés dans la pauvreté.

De quoi s’agit-il ?

Deux aides exceptionnelles de solidarité d’un montant de 150&nsbp;€ chacune ont été versées automatiquement en mai et en novembre 2020 à plus de 4 millions de foyers en difficulté, bénéficiaires du RSA et de l’ASS avec 100 € complémentaires par enfant aux bénéficiaires de ces deux minimas et des APL. A titre d’exemple, un foyer bénéficiaire du RSA avec 3 enfants aura bénéficié d’une aide à hauteur de 1200€ en 2020.

L’allocation de rentrée scolaire a fait l’objet d’une revalorisation exceptionnelle en 2020, de 100 € par enfant. Cette prestation soutien les foyers modestes composés d’enfants de 6 à 18 ans en les aidant à assumer le coût de la rentrée.

Les droits à l’assurance chômage ont été prolongés jusqu’au 30 juin 2021 pour les demandeurs d’emploi arrivant en fin de droits entre le 30 octobre 2020 et le 30 juin 2021. Pour bénéficier de cette aide il fallait justifier d’au moins 88 jours travaillés ou 610 heures travaillées.

Enfin, une garantie de ressources de 900 € nets par mois a été versée aux intermittents du spectacle, de novembre 2020 à août 2021. Cette aide exceptionnelle visait à garantir un revenu mensuel aux travailleurs précaires. Elle permet à toutes personnes ayant travaillé au moins 138 jours en CDD ou en intérim en 2019, mais n’ayant pas pu travailler suffisamment en 2020 pour bénéficier aux droits à l’assurance-chômage en raison de la crise sanitaire, de bénéficier d’une garantie de revenu minimum de 900 € par mois. 400 000 personnes, au titre des mois de novembre et décembre, ont bénéficié de cette mesure.

Une indemnité inflation sera par ailleurs versée à 38 millions personnes résidant en France afin de préserver leur pouvoir d’achat face à l’inflation constatée en 2021. Il s’agit d’une aide exceptionnelle et individuelle d’un montant de 100 €.