Ambroisie : c’est maintenant qu’il faut agir !

Samedi 25 juin 2016 - 5ème journée internationale de lutte contre l’ambroisie

Face à la propagation de l’ambroisie sur le territoire métropolitain Cartographies de présence de l’ambroisie en France en 2014, les ministères chargés de la santé, de l’agriculture, de l’environnement, de l’éducation nationale et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) rappellent l’importance de lutter contre cette espèce envahissante au pollen très allergisant.

L’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.), originaire d’Amérique du nord, se répand progressivement sur le territoire national, comme dans de nombreux pays européens. Si nous n’agissons pas efficacement contre cette espèce, les concentrations du pollen d’ambroisie dans l’air pourraient quadrupler en Europe à l’horizon 2050 [1].

Ambroisie à feuilles d’armoise

L’allergie à l’ambroisie apparaît après plusieurs années d’exposition à son pollen. Quelques grains de pollen par mètre cube d’air sont alors suffisants pour que des manifestations allergiques apparaissent chez les sujets sensibles : rhinites, conjonctivites, symptômes respiratoires tels que trachéite, toux et parfois urticaire ou eczéma. Dans 50 % des cas, l’allergie à l’ambroisie peut entraîner l’apparition de l’asthme ou provoquer son aggravation.

A partir du mois de juin, la plante est suffisamment développée pour être reconnaissable. Action préventive majeure, la destruction des plants d’ambroisie doit donc être engagée avant le démarrage de sa floraison à la mi-juillet, pour limiter sa reproduction et son expansion.

La 5ème journée internationale de l’ambroisie se tiendra le 25 juin 2016

A l’occasion de cette journée, les collectivités et les autres structures impliquées dans la lutte contre l’ambroisie (associations, organisations professionnelles…) sont invitées à mettre en place des actions d’information sur les effets sanitaires et environnementaux de l’ambroisie et les moyens de destruction de la plante.

Le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche rappelle que l’éducation à la responsabilité en milieu scolaire nécessite une approche globale, définie dans une circulaire interministérielle (éducation nationale, santé et intérieur) du 25 mai 2006, qui organise la sensibilisation à la prévention des risques. Le suivi de la qualité de l’air extérieur entre dans l’éducation à la santé en milieu scolaire, avec notamment les risques pour les personnes vulnérables, et une sensibilisation aux risques liés à la propagation de l’ambroisie sur le territoire métropolitain.

Pour en savoir plus :

Vidéos

Contacts presse :