Discours de Ségolène Neuville - Conférence de presse du lancement des Abilympics

Jeudi 4 février 2016
Seul le prononcé fait foi

Je suis très heureuse de participer aux côtés de la ministre du travail, Myriam El Khomri, et du président d’Abilympics France, Noël Roger, à la conférence de presse annonçant la tenue des Abilympics à Bordeaux les 25 et 26 mars prochains.

J’estime que c’est important de souligner l’organisation d’un évènement qui met en lumière les compétences de jeunes professionnels handicapés.

Je note avec satisfaction qu’aucun type de handicap n’a été mis de côté, puisqu’y participeront des personnes en situation de handicap sensoriel, moteur, mental et psychique.

Enfin, il s’agit une compétition internationale de haut niveau : c’est la fierté de notre pays que de l’organiser. Bien sûr, l’important, pour les membres de notre délégation, est d’y participer ; j’ai bon espoir aussi qu’ils y seront distingués !

L’objectif des Abilympics est multiple.

En premier lieu, ils contribuent à lutter contre les préjugés et à changer le regard porté sur le handicap. Myriam El Khomri l’a rappelé, cela permet de sensibiliser très concrètement les employeurs publics comme privés sur les compétences professionnelles des travailleurs handicapés.

Sur ce point, les chiffres du chômage des travailleurs handicapés indiquent qu’il est urgent de faire bouger les lignes. Leur taux de chômage est deux fois plus élevé que celui des travailleurs valides. Les derniers chiffres consolidés publiés par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques - la DARES - indiquent que l’on dénombrait, en 2013, 442800 travailleurs handicapés en recherche d’emploi.

En second lieu, la tenue des Abilympics est une occasion pour les jeunes en situation de handicap de se trouver des modèles parmi les jeunes professionnels inscrits à cette compétition. Comme tout à chacun, ils ont besoin de figures au travers desquelles il leur est possible de se projeter vers l’avenir et de cultiver des ambitions professionnelles.

Aujourd’hui, près de trois-quarts des travailleurs handicapés disposent d’un niveau d’études inférieur ou égal au BEP-CAP, contre la moitié des travailleurs valides. Cela explique pour partie les chiffres du chômage que je viens de vous indiquer.

Le mouvement de scolarisation des enfants handicapés dans le milieu dit « ordinaire » opéré depuis 10 ans va, certes, mécaniquement augmenter la qualification des jeunes en situation de handicap qui vont se présenter sur le marché du travail : la mise en œuvre de la loi du 11 février 2005 a permis de doubler en dix ans le nombre d’élèves et d’étudiants en situation de handicap dans les établissements scolaires et d’enseignement supérieur.

Il n’en demeure pas moins qu’il faut donner envie aux collégiens et aux lycéens concernés de croire à leur destin et de poursuivre leurs études.

Les Abilympics contribuent aussi à cela.

Enfin, vous le savez peut-être, la France a ratifié en 2010 la convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées. En matière d’emploi, son article 24 précise que les personnes handicapées doivent avoir accès sans discrimination à l’enseignement tertiaire général, à la formation professionnelle, à l’enseignement pour adultes et à la formation continue.

Son article 27 reconnaît aux personnes handicapées le droit au travail et notamment à la possibilité de gagner leur vie en exerçant le métier qu’elles ont librement choisi ou accepté. Il en rappelle aussi les conditions : le marché du travail et le milieu de travail doivent être respectivement ouvert et accessible, de telle sorte de favoriser l’inclusion des personnes handicapées dans la société.

Soutenir cette compétition, c’est aussi un moyen pour les pouvoirs publics de sensibiliser encore et encore le nombre le plus large possibles de nos concitoyens sur les droits des personnes en situation de handicap.

Je vous remercie.

pdf Télécharger le discours au format PDF Téléchargement (142.5 ko)
docx Télécharger le discours au format Word Téléchargement (54.1 ko)
pdf Consulter le dossier de presse au format PDF Téléchargement (4.6 Mo)