Préparation du volet insertion de la contractualisation avec les Conseils départementaux - Rapport Bierry

Les Départements en première ligne pour prévenir et lutter contre la pauvreté

« Personne n’est à l’abri » : une pauvreté qui s’intensifie et un sentiment d’insécurité sociale qui se propage

La pauvreté s’intensifie en France. En 2018, plus d’un tiers des français y ont été confrontés, ce sont 9 millions de personnes dont 3 millions d’enfants qui vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté.

Ce terrible constat est aussi celui d’une pauvreté qui s’exprime partout et dans l’ensemble des besoins fondamentaux : se nourrir, se soigner, se loger, avoir une place dans la société. Ces droits essentiels ne sont pas accessibles à toutes et tous comme vient de le confirmer le baromètre IPSOS publié par le Secours Populaire Français en septembre 2018. Plus d’un cinquième des français a du mal à se nourrir, se chauffer, se loger et se soigner au quotidien

Au-delà du fait économique, la pauvreté se traduit également par un sentiment d’identification à un public pauvre et par la crainte de tomber un jour dans la pauvreté. Le sentiment de pauvreté est le révélateur d’une insécurité sociale particulièrement présente au sein des catégories populaires et moyennes. Il
découle d’une difficulté à imaginer une amélioration positive de leur situation à l’avenir. Néanmoins, ce sentiment est de plus en plus partagé aussi bien par des personnes sans emploi que des personnes ayant une activité professionnelle régulière.

Au-delà des difficultés quotidiennes du « pouvoir vivre » c’est le sentiment que l’ascenseur social est en panne et de l’absence de perspectives et d’un avenir meilleur pour les générations futures

C’est aussi l’expression d’une perte de confiance démocratique qui s’exprime : le sentiment d’un éloignement des citoyens de la décision, le constat de la
fermeture de nombreux services publics en proximité et la fin du modèle de l’Etat providence.

Notre modèle social n’inspire plus confiance. L’action publique suscite aujourd’hui la défiance. La solidarité nationale est devenue un facteur de suspicion, de division et d’opposition, là où elle devrait porter un projet de société qui suscite l’adhésion et favorise la cohésion sociale et territoriale.

Consulter le rapport Bierry