Les gestes barrières

Tenir Ensemble : face au virus, chaque geste compte



Port du masque : les bonnes pratiques en vidéo


Téléchargez les affiches explicatives

pdf Bien utiliser son masque - Affiche A4 Téléchargement (200.9 ko)
pdf Bien utiliser son masque - Affiche A3 Téléchargement (188.9 ko)



Téléchargez l’affiche "Ici, port du masque obligatoire" pour les lieux publics

Comment fonctionnent les masques ?

S’ils sont correctement utilisés, les masques fonctionnent en empêchant la projection de particules virales dans l’air, comme un bouclier. Si une personne est malade, y compris si elle n’a pas de symptômes, le masque bloquera la projection de postillons lorsqu’elle parle, qu’elle éternue ou qu’elle tousse.

Le masque offre également une protection pour la personne qui le porte, en agissant comme une barrière mécanique contre les projections virales.

Il convient de rappeler que le masque doit couvrir parfaitement le nez, la bouche et le menton, et ce quel que soit le masque. Le port d’un masque est également complémentaire au respect des autres gestes barrière.

Quand faut-il porter un masque ?

Le port du masque est obligatoire notamment dans les espaces publics clos, au travail, dans les transports en commun ou encore, sur décision des autorités locales, dans les zones extérieures à forte densité de personnes.

Il est recommandé de recourir au port du masque dès lors que la distanciation physique ne peut être respectée.

Comment différencier les masques « grand public » en tissu de catégories 1 et 2 ?

Désormais, seuls les masques "grand public" assurant une filtration supérieure à 90% sont autorisés, conformément à la réglementation (anciennement masques de catégorie 1).

Le port des masques "grand public" de catégorie 2 n’est plus recommandée en raison de l’émergence de variants plus transmissibles.

Va-t-on devoir porter un masque FFP2 ?

Non, le port du masque FFP2 ne sera pas rendu obligatoire et n’est pas recommandé en population générale.

Puis-je continuer à porter un masque inclusif, malgré le développement de variants ?

Les masques textiles à filtration garantie adaptés aux personnes en situation de handicap – dits masques inclusifs ou masques à fenêtre – ont fait l’objet d’une autorisation conjointe de mise sur le marché par la Direction générale des Entreprises du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance et la Direction générale de l’Armement du ministère des Armées, comme pour l’ensemble des masques à filtration supérieure à 90% et en vente libre.

Les différents masques inclusifs sur le marché filtrent au moins à 90%, comme l’indique le logo « filtration garantie », apposé sur leur emballage, ce qui garantit leur efficacité face la propagation de la Covid-19 et de ses variants.

Le masque inclusif est destiné au milieu professionnel ou grand public et est exclusivement réservé à des usages non sanitaires. L’utilisation des masques inclusifs s’inscrit dans la stricte application des mesures liées à l’organisation du travail ainsi que des gestes barrières.

Pourquoi le port du masque est-il obligatoire pour les personnes déjà vaccinées ?

En l’état des connaissances, les vaccins aujourd’hui disponibles ou en cours de développement réduisent la sévérité des symptômes. La contagiosité diminue également mais ne disparaît pas totalement. Les gestes barrières, dont le port du masque, restent nécessaires après la vaccination.

Faut-il augmenter la distanciation physique entre deux personnes qui ne portent pas de masques ?

Le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP) recommande, depuis janvier 2021, le respect d’une distance de 2 mètres entre deux personnes ne portant pas le masque.

En plus d’aérer, faut-il humidifier l’air pour lutter contre la Covid-19 ?

Concernant l’air ambiant, les seules recommandations à ce jour sont d’assurer, quel que soit le contexte :

  • un renouvellement régulier de l’air dans tous les espaces clos, au moins toutes les heures, au moyen d’une aération (ouverture des fenêtres…) et/ou d’une ventilation naturelle ou mécanique, afin d’apporter de l’air "neuf"/venant de l’extérieur,
  • d’évacuer l’air ayant séjourné à l’intérieur vers l’extérieur,
  • d’éviter le recyclage ou la recirculation de l’air dans les locaux.

Cette consigne doit être particulièrement appliquée lorsque les personnes contaminées par la Covid-19 sont isolées dans une pièce.

Peut-on avoir accès aux données concernant la présence du virus dans les eaux usées ?

Le réseau de l’Observatoire épidémiologique dans les eaux usées (Obépine) recueille les données concernant les traces du virus dans les eaux usées. Il publie de manière indépendante les résultats des prélèvements réalisés dans une cinquantaine de stations d’épuration. Ces résultats sont mis à disposition sur data.gouv.fr.